Test : Suis-je en état de stress post-traumatique ?

Hero1
Évènements de la vie
people
Complété par 7 personnes
Vous avez été exposé à un événement traumatisant et en souffrez depuis plus d’un mois ? Cette situation a des répercussions dans votre quotidien, sur le plan social, familial ou professionnel ? Un état de stress post-traumatique peut découler d’une telle perturbation. Nos psychologues vous invitent à faire le point grâce à un diagnostic en ligne rapide et fiable basé sur le IES-R. Il vous suffit de quelques minutes pour réaliser ce test permettant de déceler un éventuel ESPT, en toute autonomie.
Hero1
Évènements de la vie
people
Complété par 7 personnes
Qu’est-ce que l’état de stress post-traumatique ?
L’état de stress post-traumatique se développe après l’exposition à une expérience traumatisante, à court terme après cette dernière ou plus tard, selon les individus. Une expérience traumatique signifie que vous avez vécu directement un événement traumatique, en avez été le témoin direct ou avez été confronté de façon répétée ou extrême aux conséquences d’une telle situation.

Le DSM-5 Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, ouvrage de référence rédigé par l’Association américaine de psychiatrie, classe le trouble de stress post-traumatique (TSPT) parmi les troubles liés à des traumatismes ou à des facteurs de stress. Un accident grave, une agression physique ou sexuelle, un attentat, une prise d’otages ou encore une catastrophe naturelle : toutes ces expériences peuvent impacter profondément un individu et provoquer un TSPT. Les exemples énumérés ici ne sont pas exhaustifs.

Le plus souvent, les premières manifestations de l’état de stress post-traumatique surviennent dans les trois mois qui suivent le traumatisme. Cependant, les symptômes caractéristiques au complet apparaissent parfois avec un retard de quelques mois, voire de quelques années. Les professionnels diagnostiquent alors un TSPT à expression retardée.

Juste après le traumatisme vécu, la plupart des personnes répondent aux signes du trouble de stress aigu (TSA). Mais la persistance des symptômes au-delà de quatre semaines et la perturbation significative du quotidien font pencher le diagnostic vers le trouble de stress post-traumatique. Notez que le TSPT diffère également du stress chronique, ce dernier n’étant pas foncièrement lié à un événement traumatisant et n’impliquant pas les mêmes symptômes.
LE CHIFFRE CLÉ
18%
18 % des témoins des attentats de janvier 2015 ayant eu lieu en Île-de-France présentaient un trouble de stress post-traumatique 6 à 18 mois après ces événements traumatiques.
Source : Étude IMPACTS
Quels sont les symptômes du stress post-traumatique ?
Les symptômes du TSPT peuvent se manifester dès la première année de vie. Le DSM-5 répertorie des critères diagnostiques s’appliquant aux adultes, aux adolescents et aux enfants âgés de plus de six ans. Concernant les enfants de six ans ou moins, certaines manifestations caractéristiques diffèrent.
Des souvenirs et rêves répétitifs associés au traumatisme
Des souvenirs répétitifs et involontaires de l’événement traumatique vous envahissent, déclenchant chez vous un fort sentiment de détresse. Certains stimuli, tels que des sons ou des odeurs, vous rappellent la situation. Vos souvenirs vous submergent et vous ramènent encore et toujours au traumatisme. Chez les enfants de plus de six ans, cela se traduit par des jeux répétitifs où reviennent sans cesse les thèmes ou les aspects du traumatisme.

Le contenu et les sensations de vos rêves vous renvoient également à cette situation. Ils se répètent régulièrement et vous laissent dans une forte détresse. Ces cauchemars envahissants perturbent votre sommeil et votre quotidien et laissent parfois place à des angoisses nocturnes. Chez les enfants, le contenu de ces rêves effrayants n’est pas forcément identifiable.
Des réactions dissociatives
Peut-être éprouvez-vous régulièrement une sensation de déconnexion, un peu comme si l’événement traumatique appartenait à une réalité lointaine. Vos émotions semblent mises à distance, vous ressentez un engourdissement émotionnel ou avez du mal à éprouver du plaisir. Vous êtes éventuellement confronté à des épisodes de dépersonnalisation. Vous avez alors l’impression de vous regarder de l’extérieur et votre propre corps vous semble étranger.

Ces réactions dissociatives peuvent vous donner la sensation d’évoluer dans un rêve ou dans un état de brume mentale. Lors de scènes rétrospectives comme des flashbacks, vous vous comportez comme si vous alliez à nouveau subir la situation traumatique. Si vous êtes confronté à ces symptômes perturbants, le test en ligne sur l’état de stress post-traumatique mis au point par nos psychologues vous permettra d’obtenir une première évaluation de votre situation.
Des stratégies d’évitement
Les stratégies d’évitement constituent un autre symptôme majeur du trouble de stress post-traumatique. Pour atténuer votre angoisse, vous déployez des efforts surhumains pour éviter tout rappel de l’événement traumatique. Vous refusez de penser à ce que vous avez vécu ou d’en parler. Vous mettez à distance chaque souvenir, pensée ou sentiment étroitement lié à cette expérience.

Vous fuyez tous les rappels externes qui réveillent votre souffrance. C’est le cas des stimuli comme les personnes, les endroits, les objets, les activités ou les situations associés à la situation. Si ces stratégies vous soulagent temporairement, elles vous poussent à vous isoler socialement, tout en entravant le traitement émotionnel et la résolution du traumatisme.
Une altération de certaines cognitions
Êtes-vous envahi par des pensées négatives à propos de vous-même, des autres ou du monde en général ? Si tel est le cas, cette altération cognitive influence la manière dont vous vous percevez ainsi que votre capacité à affronter les défis de la vie. Une culpabilité en lien avec le traumatisme vous habite de manière excessive et inappropriée.

Les croyances négatives sur votre propre valeur ou votre sécurité parasitent votre esprit. Vous subissez peut-être des pensées catastrophiques, vous laissant entrevoir un avenir très sombre ou un monde intrinsèquement menaçant. Le test “Suis-je en état de stress post-traumatique ?” de PsyVize vous aidera à mettre le doigt sur ces altérations cognitives qui impactent durablement votre bien-être émotionnel et l’estime que vous vous portez.
Un comportement irritable ou autodestructeur
Pour faire face aux émotions intenses associées à l’état de stress post-traumatique, les personnes manifestent parfois un comportement irritable ou autodestructeur. Votre irritabilité est probablement exacerbée. Lorsque des émotions intenses vous submergent, vous peinez à réguler vos émotions. Vous vous exprimez par des accès de colère disproportionnés face à certaines situations alors que vous ne vous seriez pas emporté en temps normal.

Peut-être faites-vous preuve de comportements risqués ou impulsifs, tels que l’abus de substances, l’excès d’alcool ou les mutilations. Pour vous, ces derniers représentent le seul moyen d’affronter l’angoisse et la douleur émotionnelle associées au traumatisme.
Comment savoir si je fais face à un état de stress post-traumatique ?
Si les effets du stress aigu ne vous quittent pas depuis plus d’un mois suite à un événement traumatique, il est probable que vous souffriez d’un état de stress post-traumatique.
Pour savoir si c’est le cas, prenez cinq minutes pour réaliser gratuitement votre diagnostic et obtenez de premiers éléments concernant votre état actuel.
Quels sont les causes et les facteurs de risque d’un état de stress post-traumatique ?
Les expériences de vie, les traumatismes, l’influence génétique et d’autres causes environnementales contribuent à l’installation du trouble de stress post-traumatique.
Des problématiques émotionnelles et des troubles psychiques antérieurs
Des troubles psychiques antérieurs rendent la gestion du traumatisme plus difficile car les ressources psychologiques s’en trouvent amoindries. Cette vulnérabilité s’exprime fréquemment chez les personnes confrontées par le passé à un trouble panique, à une dépression chronique ou à un trouble obsessionnel-compulsif (TOC).

Les problématiques émotionnelles rencontrées durant l’enfance accroissent la réactivité émotionnelle, ce qui intensifie les symptômes du TSPT et les émotions négatives. Il s’agit par exemple d’expositions traumatiques antérieures ou de troubles anxieux. Suite à l’événement traumatique, le développement d’un trouble de stress aigu et des stratégies d’adaptation inadéquates renforcent l’apparition potentielle d’un TSPT.
Des paramètres environnementaux
L’état de stress post-traumatique s’explique aussi par des paramètres environnementaux : niveau éducatif et statut socio-économique bas, caractéristiques culturelles, absence de support social. Lors de l’événement, plus le traumatisme est sévère, plus élevée est la probabilité de TSPT. La perception d’une menace mortelle, les blessures physiques, la violence interpersonnelle et la survenue d’une dissociation au moment du traumatisme constituent autant de facteurs de risque.

Doivent être pris en compte les paramètres environnementaux intervenant après le traumatisme. Il peut s’agir de rappels répétés et douloureux, d’événements de vie ultérieurs défavorables ou de pertes (financières ou autres) en lien avec la situation. Le manque de stabilité familiale contribue à l’installation du trouble.
Des facteurs génétiques et physiologiques
Un jeune âge au moment de l’exposition au traumatisme joue un rôle dans l’apparition d’un tel état de stress. Certaines caractéristiques génétiques augmenteraient le risque de TSPT. Les individus souffrant d’une perturbation dans la régulation de leurs niveaux de cortisol présenteraient une plus grande vulnérabilité, le système de réponse au stress du corps étant alors affaibli.
image
Comment diagnostiquer le trouble de stress post-traumatique ?
Il est possible de diagnostiquer le trouble de stress post-traumatique en consultant un professionnel de santé mental tel qu’un psychologue ou un psychiatre. Vous présentez plusieurs symptômes du TSPT ? N’attendez pas : notre diagnostic en ligne vous offre une première évaluation rapide, à compléter par une évaluation approfondie si les résultats indiquent un potentiel TSPT.

Un professionnel de santé mentale établit un diagnostic précis en vue de vous proposer l’approche thérapeutique la plus appropriée. Ce dernier mène une évaluation clinique durant laquelle il recueille des informations sur vos symptômes, votre histoire personnelle et les événements traumatiques vécus.

Le psychologue évalue un TSPT en fonction de certains critères diagnostiques. Les symptômes typiques du trouble doivent durer depuis plus d’un mois. En outre, le professionnel s’assure que vos symptômes ne sont pas attribuables à d’autres troubles de santé mentale grâce à un diagnostic différentiel.

Ainsi, il convient de distinguer le TSPT des troubles suivants :
  • Trouble de stress aigu : Après l’exposition à l’événement traumatique, les symptômes durent entre trois jours et un mois.
  • Troubles anxieux : Les caractéristiques du trouble panique et de l’anxiété généralisée ne sont pas associées à un événement traumatique spécifique.
  • Trouble dépressif caractérisé : Les symptômes dépressifs ne concernent pas l’évitement persistant de certains stimuli ou la présence de symptômes envahissants associés au traumatisme (rêves répétitifs ou réactions dissociatives par exemple).
  • Troubles de la personnalité : Les difficultés interpersonnelles surviennent indépendamment d’une exposition traumatique.
  • Troubles psychotiques : Les flashbacks survenant au cours d’un TSPT diffèrent des troubles de perception intervenant dans le cadre des troubles psychotiques comme la schizophrénie.
wsbilan5
Téléchargez l’application
Retrouvez plus de 17 diagnostics sur la santé mentale dans votre application !

Scannez-moi pour télécharger l'application