Test : Ai-je un trouble bipolaire ?

Hero1
États psychologiques
people
Complété par 21 personnes
Vos émotions oscillent parfois entre deux extrêmes, vous laissant dans un état d’euphorie intense, puis soudainement dans un profond désespoir ? Et si vous souffriez d’un trouble bipolaire, une maladie psychique responsable de sévères perturbations de l’humeur ? Découvrez notre test en ligne sur le trouble bipolaire basé sur le Mood Disorder Questionnaire (MDQ), un outil validé scientifiquement, et obtenez un premier diagnostic de votre situation.
Hero1
États psychologiques
people
Complété par 21 personnes
Que veut dire être bipolaire ?
Autrefois appelé psychose maniaco-dépressive, le trouble bipolaire est une maladie psychique chronique qui se caractérise par d’intenses variations de l'humeur, avec une alternance entre deux phases extrêmes :

  1. Les épisodes maniaques, périodes d'euphorie durant lesquelles la personne est anormalement enjouée, énergique, agitée, voire, hyperactive.

  2. Les épisodes dépressifs, qui se caractérisent par de sévères chutes de l’humeur et de l’énergie similaires à celles ressenties lors d’une dépression.


Ces différentes phases sont entrecoupées d’« intervalles de rémission », des périodes plus sereines durant lesquelles la personne retrouve une humeur normale et relativement stable. Pour certains bipolaires, il existe également des épisodes « mixtes » incluant à la fois des symptômes de manie et de dépression.

D’une personne à l’autre, la bipolarité peut s’exprimer de manière très différente. En fonction des symptômes et de la récurrence des épisodes, on distingue plusieurs catégories de troubles bipolaires. Le trouble bipolaire de type 1 se caractérise par une ou plusieurs phases maniaques ou mixtes, associées ou non à des épisodes dépressifs majeurs.
Le trouble bipolaire de type 2, forme la plus fréquente, associe au moins une phase d’hypomanie avec un épisode dépressif, mais sans aucun épisode mixte ou maniaque (on parle d’« hypomanie » car les périodes d’exaltation sont moins intenses que dans les phases maniaques).

Le trouble bipolaire non spécifié est une catégorie diagnostique utilisée pour décrire des dérèglements de l’humeur qui ne répondent pas complètement aux critères des autres types de bipolarité. La plupart du temps, il s’agit d’un diagnostic provisoire, lorsque les symptômes nécessitent une évaluation plus approfondie avec le temps.
Enfin, le trouble cyclothymique s’apparente en quelque sorte à une forme de bipolarité atténuée. Sur une période d’au moins 2 ans, de courts épisodes hypomaniaques et dépressifs s’enchaînent, mais ne correspondent pas aux critères spécifiques des autres types de bipolarités.
LE CHIFFRE CLÉ
1 à 2,5 %
Les troubles bipolaires affecteraient 1 à 2,5 % de la population. Le diagnostic de la maladie étant toutefois particulièrement complexe, l’ensemble du corps scientifique et médical s’accorde pour considérer que cette estimation est largement sous-évaluée.
Source : Haute Autorité de Santé : Troubles bipolaires
Comment reconnaître une personne bipolaire ?
Les symptômes de la bipolarité
En fonction de la phase considérée (maniaque ou dépressive), les symptômes de la bipolarité sont bien sûr radicalement différents et peuvent être très variables d’une personne à l’autre. Chez certains bipolaires, les manifestations de la dépression l’emportent sur tout le reste, tandis que pour d’autres, l’agitation, l’hyperactivité, ou l’irritabilité dominent. Parmi les multiples manifestations possibles de la maladie, plusieurs signes caractéristiques du trouble bipolaire se démarquent.
Des troubles de l’humeur
Vous avez peut-être remarqué des périodes où votre état émotionnel oscille entre excitation intense et profonde tristesse ? Les variations extrêmes de l’humeur sont l’essence même de la bipolarité. Sans trop savoir pourquoi, vous vous sentez parfois extrêmement joyeux(se), envahie d’optimisme et d’un bonheur immense.
Cette exaltation exagérée proche de l’euphorie est caractéristique d’une phase maniaque et ne dure généralement pas longtemps (une semaine, ou un peu plus). Aussi brutalement qu’elle était apparue, cette phase disparaît et laisse place à une période d’intense dépression qui durera au moins 2 semaines.

Toujours à fleur de peau, vos émotions sont cette fois profondément sombres. Plus rien n’a d’intérêt. Submergé(e) par la tristesse et le désespoir, vous vous sentez perdre pied, vidé(e) de toute énergie et d’élan vital. Cet état de mélancolie est un véritable signal d’alarme, les idées noires pouvant peser de plus en plus jusqu’à conduire à l'envie d’en finir.
De l’agitation et une hyperactivité
Débordant(e) d’énergie, vous êtes sur tous les fronts. Vous vous engagez dans de multiples projets (sans trop y réfléchir, d’ailleurs), qui seront généralement abandonnés une fois l’épisode maniaque passé.

Sur le plan cognitif, votre esprit tourne à plein régime. Les idées fusent, s’enchaînent, parfois sans lien apparent. Vous avez d’ailleurs tendance à parler beaucoup plus et bien plus vite que d’ordinaire, à l’image de ce flot ininterrompu de pensées qui vous traverse. Votre esprit est tellement agité, que vous avez beaucoup de mal à vous concentrer, à conserver votre attention sur une seule chose à la fois.
Des perturbations du sommeil
Les troubles du sommeil sont caractéristiques de la bipolarité dans ses différents épisodes. Lors des phases dépressives, les angoisses et pensées négatives vous obsèdent et vous n’arrivez pas à dormir. Le matin, vous êtes épuisé(e).

En phase d’excitation intense, ce sont les pensées accélérées et votre énergie débordante qui vous empêchent de trouver le sommeil. Lorsque vous parvenez à vous endormir, vous vous réveillez fréquemment et pourriez vous sentir parfaitement reposé(e) même après une très courte nuit. Au fil des jours, vous adoptez un rythme de vie décalé à l’extrême et accumulez le retard de sommeil.

Soyez particulièrement attentif(ve) à ce type de signe. En plus d’être un indicateur clé de la maladie, un sommeil insuffisant pourrait être directement lié au déclenchement de crise, maniaque ou dépressive. En cause : les dérèglements chimiques qu’il occasionne dans votre corps.
Une désinhibition et un excès de confiance en soi
En phase maniaque, vous pourriez tout à coup éprouver une confiance démesurée, vous sentir capable de réaliser de véritables exploits, persuadé(e) qu’un destin exceptionnel vous attend. Associé à un sentiment de toute-puissance, cet excès de confiance peut vous amener à une totale désinhibition.
Votre attitude devient impulsive, vous adoptez tout à coup des comportements à risque (achats impulsifs, pratiques sexuelles à risque…) sans vous soucier des conséquences.
Vous vous reconnaissez dans ces symptômes ? Le trouble bipolaire est une pathologie grave qui peut être prise en charge. La première étape repose sur le dépistage. Notre test en ligne “Ai-je un trouble bipolaire ?” vous permettra de savoir si oui ou non vous souffrez de cette pathologie. Construit par notre équipe de psychologues, le test est rapide et gratuit, alors n’attendez plus pour commencer à prendre soin de votre mentale.
Des difficultés cognitives
La grande majorité des personnes souffrant de bipolarité présente des déficits cognitifs dont l’intensité peut être variable (basse à modérée, la plupart du temps).
En phase d’excitation intense, vos pensées sont si denses qu’elles en deviennent chaotiques, occasionnant des troubles de la concentration, des difficultés de mémorisation et d’organisation... En période dépressive, les idées noires et le stress causé par la fatigue chronique puisent dans le peu d’énergie mentale qu’il vous reste.
Des troubles psychotiques
Dans les cas les plus extrêmes, les manifestations de la bipolarité sont bien plus sévères que des perturbations de l’humeur et du comportement. Des symptômes psychotiques peuvent accompagner les phases maniaques ou dépressives majeures. Idées délirantes, pensées désorganisées, hallucinations visuelles, auditives ou olfactives…
Si vous avez le sentiment de commencer à perdre pied avec la réalité, il est crucial de vous faire accompagner par un professionnel de la santé mentale sans plus attendre.
Comment savoir si je présente un trouble bipolaire ?
Certains critères diagnostiques du trouble bipolaire vous semblent familiers ? Ne laissez pas la bipolarité s’installer davantage dans votre quotidien. Notre test en ligne, construit par nos psychologues d’après le Mood Disorder Questionnaire, permet d’identifier la présence de trouble bipolaire et d’en mesurer la sévérité. En quelques minutes, obtenez un premier diagnostic de votre situation.
Quels sont les causes et les facteurs de risque de la bipolarité ?
La bipolarité est une pathologie complexe dont les causes exactes ne sont pas encore complètement comprises et sont probablement multifactorielles.
Une prédisposition génétique
De nombreuses études ont démontré qu’une vulnérabilité génétique constitue l’une des principales causes d’apparition de troubles bipolaires. Lorsque l’un des deux parents en est atteint, le risque de développer la maladie est en effet 10 fois supérieur à celui de la population générale.
Des facteurs environnementaux
Sur un terrain favorable, l’environnement pourrait être déterminant dans le déclenchement de la maladie bipolaire. Les premiers épisodes de manie ou de dépressions seraient en effet déclenchés par un événement de vie stressant (perte d’un proche, surmenage, traumatisme…). Les épisodes suivants, en revanche, seraient davantage susceptibles d’apparaître spontanément.
Des anomalies neurologiques
Des anomalies dans le fonctionnement du cerveau pourraient être liées au trouble bipolaire. Plusieurs études révèlent que des déséquilibres de neurotransmetteurs jouent un rôle dans la régulation de l'humeur. Le taux de noradrénaline, dopamine et sérotonine diminuerait en période de dépression, et serait en hausse durant la manie.
image
Pourquoi est-il important de diagnostiquer le trouble bipolaire ?
Classée au 6e rang mondial des pathologies les plus invalidantes selon l’Organisation Mondiale de la Santé, la maladie bipolaire reste pourtant relativement méconnue et son diagnostic chaotique. En moyenne, les personnes touchées par ce trouble psychique passeraient 8 à 10 ans à rechercher une prise en charge avant d’enfin obtenir un diagnostic approprié.

Or, cette maladie est d’autant plus dévastatrice qu’elle est accompagnée tardivement. Les symptômes peuvent très rapidement s’aggraver et s’associer à d’autres troubles psychiques (troubles anxieux, addictions…). L’ensemble pouvant entraîner de graves répercussions dans la vie de la personne bipolaire, voire engager son pronostic vital, les risques de suicides étant particulièrement élevés. Alors qu’un patient dont la pathologie est stabilisée peut fonctionner tout à fait normalement et avoir une qualité de vie satisfaisante.

Vous pensez souffrir d’un trouble bipolaire ? Notre test en ligne est conçu pour dépister la bipolarité et obtenir de premiers conseils concernant votre situation. N’attendez plus et réaliser votre diagnostic en toute autonomie.

Détecter le trouble bipolaire et le prendre en charge le plus précocement possible est donc crucial à bien des titres, en particulier pour les raisons suivantes :
  • Réduire le risque de suicide : Un malade sur 2 fera au moins une tentative de suicide au cours de sa vie et un patient sur dix, non traité de sa bipolarité mourra de suicide.
  • Obtenir un traitement adéquat : Mal diagnostiquée, une personne peut recevoir un traitement inapproprié qui ne soulagera pas ses symptômes et pourra même aggraver son état, la dépression et le trouble bipolaire ne répondant pas aux mêmes molécules.
  • Limiter les risques de conduites addictives : Près de 50 % des personnes bipolaires présentent un abus d’alcool et d’autres substances psychoactives durant leur maladie. Pour de nombreux patients, ce type de consommation est une tentative d’« automédication » pour soulager les symptômes de la maladie. Dans tous les cas, les drogues et l’excès d’alcool aggravent l’évolution du trouble bipolaire.
  • Éliminer les pathologies présentant des symptômes similaires ou dépister d’éventuels troubles associés : La bipolarité coexiste bien souvent avec d’autres affections psychiques (trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité, anxiété généralisée…).
  • Limiter les risques de récidives : La bipolarité est une maladie au long cours avec la présence de récidives chez plus de 90 % des patients. Une prise en charge précoce et un suivi rigoureux de l'évolution de la maladie sont donc particulièrement importants pour atténuer les symptômes bipolaires et améliorer la qualité de vie des patients.
wsbilan5
Téléchargez l’application
Retrouvez plus de 17 diagnostics sur la santé mentale dans votre application !

Scannez-moi pour télécharger l'application